Une nuit à l’Abbaye Royale de Fontevraud

Ca, c’était prévu de longue date, une petite halte à 2 avant de retrouver les enfants en Bretagne.
Départ donc, de notre boucle Cap au Nord été 2015 !
En général chaque année, on coupe la route avec une pause au Festival des Jardins, mais vous n’en verrez rien, la batterie de mon APN était à plat ce jour-là.
Il y a quelques images prises le jour même sur Instagram, il faut remonter le fil à fin juillet ;-). L’édition 2015 est très chouette.

Donc, on a dormi à l’Abbaye Royale de Fontevraud.
J’avais hâte de découvrir cet hôtel dans un bâtiment classé Monument Historique et inscrit au Patrimoine Mondial de l’Unesco.
Après la Révolution Française, l’Abbaye est devenue une prison, considérée comme l’une des plus dures de France. En 1963 la prison est fermée et à partir de 1975, l’Abbaye Royale est ouverte au public.
C’est aujourd’hui un sublime lieu mêlant visite, espace culturel avec une large programmation pluridisciplinaire (concerts, spectacles, expos…), hôtel …

Dormir à l’Abbaye Royale de Fontevraud c’est une expérience unique, dont je me souviendrai longtemps.
A l’image de l’ambiance qui devait régner lors de l’activité monacale, il règne un silence enveloppant dans l’hôtel.
Nous avons dîné à l’Ibar, dans la chapelle du prieuré, à la fois complètement moderne (les tables sont de grandes tablettes tactiles) et respectueuse de son histoire.
Et c’est là qu’intervient la privilège très particulier de dormir ici : tout le domaine de l’Abbaye Royale est ouvert et accessible, la nuit, pour les résidents de l’hôtel.
On se sent tout petit face à l’ampleur et l’histoire des lieux. On profite dans un silence absolu de l’église abbatiale où sont exposés les gisants d’Aliénor d’Aquitaine, de son mari Henri II Plantagenêt et de leurs fils Richard Cœur de Lion, du cloître, de la salle capitulaire et des cuisines de l’Abbaye Royale. Cette visite inattendue, seuls, de nuit, nous a procuré une émotion indicible…

Les espaces de l’hôtel, des chambres au cloitre pour le petit déjeuner, des salons à l’Ibar dans la Chapelle respectent tous parfaitement l’esprit de l’Abbaye Royale, dans un design contemporain et sobre. Tout est pensé pour se sentir à l’aise, au calme, dans un endroit apaisant et agréable et même l’ambiance olfactive est travaillée finement. Sur moi ça a bien fonctionné en tous cas, car j’ai acheté le savon de la salle de bain à la boutique de l’Abbaye avant de partir, et maintenant, j’en rêve comme parfum …

Le diner à l’Ibar était simple et parfait, le petit déjeuner un régal, il ne nous reste plus qu’à revenir pour tester le restaurant prometteur !

Prochaine étape de notre boucle Cap au Nord été 2015 : un chouette endroit dans le Finistère dans un ancien hangar à bateaux.
A suivre …

Cap au Nord (été 2015)

Je me souviens comme si c’était hier d’une traversée de la Manche en ferry, alors que j’avais à peine 10 ans.
L’idée d’atteindre une destination par mer était alors pour moi le summum du voyage, un bonheur absolu.
J’avais très envie, cet été, de revivre cette émotion !
Le voyage ETE 2015 avait donc comme postulat de départ 1/ récupérer les enfants tout à l’ouest de la Bretagne et  2/ prendre le ferry !

Voici donc notre parcours, de Lyon à Lyon, via la Grande-Bretagne, les Pays-Bas et la Belgique.
L’idée d’une boucle nous plaisait bien également, pas d’aller-retour, mais une jolie boucle ponctuée de belles étapes, de ferrys et de conduite à gauche, le tout en 3 semaines.

Voici un résumé en images !
Dans les prochains billets, toutes les étapes ne seront pas détaillées, en revanche, il y aura toutes les infos sur certains lieux qu’on a particulièrement aimés, des bonnes adresses pour se balader, visiter ou manger !

A suivre …

A mon tour !

torsades et nombre d’or

Petit devoir de vacances autour du nombre d’or.
Je viens de finir un plaid en coton, avec le chouette fil de chez We Are Knitters.

Je suis partie du fameux nombre d’or, qui serait l’expression, dans la nature, les arts, l’architecture et les sciences, d’harmonie et d’esthétique. Nombreux artistes et architectes ont proportionné leur travail en s’inspirant du nombre d’or.
Chez l’homme par exemple, le rapport de la hauteur totale à la hauteur du nombril est égal au nombre d’or.

Le nombre d’or est une proportion, définie initialement en géométrie comme l’unique rapport a/b entre deux longueurs a et b telles que le rapport de la somme ab des deux longueurs sur la plus grande (a) soit égal à celui de la plus grande (a) sur la plus petite (b) c’est-à-dire lorsque

\frac{a+b}a=\frac ab

Arrondi, le nombre d’or est 1,618.

Pour le rectangle d’or, la longueur / la largeur = 1,618. Le nombre d’or correspond à un rapport de longueurs qui donne une proposition idéale  de composition visuelle.

on construit un rectangle d’or dans lequel on construit un grand carré de côté la largeur du rectangle.
Dans le rectangle restant, on construit un nouveau carré de côté la largeur de ce rectangle. on peut continuer à l’infini, mais pour rester dans des considérations purement tricotesques, on s’arrêtera à 4 carrés, la dernière partie étant … un rectangle d’or !
Si on construit des quarts de cercle dans les carrés, on obtient la fameuse spirale d’or, qu’on retrouve
souvent dans la nature : tournesols, pommes de pins, coquillages …
Finalement on peut creuser le sujet, c’est vertigineux !
Pour en savoir plus, c’est par ici !

Le plaid aura ces proportions finale : des carrés successifs basés sur ce fameux nombre d’or et le tout donnant un rectangle aux proportions idéale, chic non ?
Pour chahuter un peu cette rigueur scientifique, quand même, une petite torsade traverse l’ensemble.

Les explications seront finalisées et disponibles très bientôt !

Stay tuned with le nombre d’or !

Bordeaux (15 ans après)

J’ai redécouvert Bordeaux, 15 ans après l’avoir quittée et j’ai apprécié infiniment ces quelques jours parce que je n’avais rien organisé, ça a du bon de souffler une bougie de plus (et bim, 41 ans) !
Un enchantement.

Retrouver ses repères d’étudiantes, parcourir des places et des rues qui ont tellement changé, redécouvrir un centre ville tellement confortable pour le piéton, traverser la Garonne en bateau, prendre un thé à la menthe à la Fraternité à St Mich’, se ballader des heures sans jamais se perdre parce que finalement, on a rien oublié …

En vrac, les lieux de nos ballades :

Mama Shelter (avec une vue imprenable sur les toits bordelais, avec un rooftop de dingue, et un brunch à tomber), emplacement idéal en plein centre de Bordeaux.

p1000147

La Tupina, ce fameux restaurant qui nous faisait rêver, étudiants. De bons produits, une cheminée, un bonheur.
Il m’aura fallu attendre mes 41 ans pour déguster les meilleures frites du monde : cuites dans la graisse d’oie, dans la cheminée !

Ballade sur les quais, café Castan, la Garonne en Batcub

Découvrir le Darwin, et y flâner un long moment tellement c’est un chouette endroit.

Pas loin du Darwin, ne pas louper le Jardin Botanique de Bordeaux.


Visite du CAPC, évidemment, parce que les expos y sont très chouettes, et parce que le lieu vaut, à lui seul, le détour.

Bordeaux, on reviendra !

La caverne du Pont d’Arc

Et bim.
Mi-juin.
Déjà.

Le mois de mai à été riche en week-end prolongés et nous en avons clairement bien profité cette année !
Quelques jours après son inauguration, nous sommes allés visiter la Caverne du Pont d’Arc.

Il y a 36 000, des hommes et des femmes dessinaient sur les parois de la grotte Chauvet.
Afin de conserver pour l’éternité ces oeuvres uniques, une réplique de la grotte a été aménagée sur les hauteurs de Vallon Pont d’Arc dans le sud de l’Ardèche.
Le travail artistique, technique et scientifique pour obtenir cette réplique est fascinant.
Les photos sont évidemment interdites à l’intérieur de la Caverne, et finalement c’est une bonne contrainte, l’émotion est encore plus forte face aux oeuvres.
Pour en savoir davantage sur l’aventure de la Caverne du Pont d’Arc, il y a une mine d’explications par ici.

51

Au milieu des stalagmites et stalactites, un parcours sur une passerelle permet une immersion totale dans la Caverne. Fidèlement restitués, les chevaux, lions, rhinocéros et autres dessins saisis sur le vif procurent une réelle émotion.
Après la caverne, il faut aller visiter, sur le site, la galerie de l’Aurignacien. Dans une scénographie ludique et des processus interactifs, la galerie relate la vie et la culture de nos ancêtres. La partie sur la formation du paysage de l’Ardèche est particulièrement intéressante.

La visite de la Caverne est obligatoirement guidée et fut riche en explications, quoiqu’un peu rapide puisque chronométrée ! En ce moment, il est vivement recommandé de réserver sa visite sur le site.

panneau mural

Je crois bien que ce projet date de Noël 2014 !
Hélène et Julien, ce chouette duo créatif d’HEJU m’avaient bien motivée avec leur rangement mural.
Il n’est jamais trop tard pour vous montrer ce que ça donne (6 mois après, je sais …).

Le matériel :

  • une plaque d’ISOREL perforées et les crochets adaptés (magasins de bricolage)
  • 1 rouleau de scotch (tesa)
  • 1 pinceau et des petits pots de peintures (3 couleurs ici)

18

Commencer par poser le tesa en grandes lignes sur le panneau pour former des figures géométriques.
Remplir les figures géométriques en alternant les 3 coloris.
Bien attendre le séchage complet de la peinture puis retirer délicatement le tesa du panneau.
il ne reste plus qu’à fixer les différents crochets choisis pour obtenir un rangement mural.

Le Schweighof (ou la chambre d’hôtes de rêve)

Notre week-end franco-germano-suisse nous a permis de tester Le Schweighof, cette chambre d’hôtes que j’avais repérée depuis un petit moment.
“Chambre d’hôtes” est en deça du vrai terme : nous avons dormi en réalité dans un appartement d’hôtes, au sein d’une très jolie maison. 2 grandes chambres, une belle salle de bain, une halte de rêve à Altkirch.
La maison est baignée de lumière grâce aux grandes fenêtres.

12

Au rez-de-chaussée de la maison, on prend le petit déjeuner au milieu de la boutique d’Emilie, la maitresse absolument adorable des lieux. Les enfants étaient ravis de faire du shopping en pyjama et pieds nus !

11

Tout était impeccable, des chambres au petit déjeuner, en passant par la boutique craquante !
Nous quittons Le Schweighof avec la ferme envie de revenir, on s’y voit bien plusieurs jours pour poursuivre la découverte de la région.
Encore merci pour cet accueil chaleureux Emilie.
Prochaine étape du week-end : Vitra Design Museum et Vitra Haus …

Les grottes du Cerdon

Sur la route de ce premier grand week-end du mois de mai, nous avons fait une halte aux grottes du Cerdon, à 1h de Lyon, dans l’Ain.
Cheminement dans l’ancien lit de la rivière, porche majestueux, et belvédère dominant le Cerdon, la visite des grottes est passionnante, et c’est toujours une valeur sûre pour les enfants !
Le parcours est guidé et les explications de la formation de la grotte, résultat du travail des eaux des
périodes glaciaires sont très claires.

Dans le domaine, on peut également participer à des activités nous plongeant dans la peau des hommes préhistoriques.
Les enfants ont pu peindre à la manière des hommes préhistoriques.

Réchauffés et séchés après cette journée froide et pluvieuse, nous avons poursuivi notre route, un peu plus au nord, un peu plus à l’est !

Couronne de printemps

Dans ma to-do-list de projets, j’avais noté (notamment) qu’un jour je ferai une couronne de fleurs au crochet, mais au gros crochet, genre numéro 6. Envie de fleurs grand format, sur lesquelles on verrait bien la maille.
Quand Abracadacraft a proposé de tester le fil NaturaXL, dans le cadre d’un partenariat avec DMC, j’ai tout de suite su quoi faire !
Le plus dur a été de choisir les couleurs dans la jolie gamme.

Quand j’ai reçu le colis de pelotes de la part de DMC j’étais ravie :
j’avais sous les yeux le fil PAR-FAIT pour mon projet ! 5 couleurs pour les fleurs et 2 tons de vert pour feuilles.

Résultat : un projet sans encombre, tout s’est passé comme j’avais prévu (c’est suffisamment rare pour le souligner !).
Quelques heures de crochet plus tard et un peu de couture pour fixer l’ensemble fleurs/feuilles sur la couronne… Voilà !

Voici la marche à suivre pour fabriquer la couronne :

Coloris utilisé NaturaXL  : n° 41-61-04-42-101-92-85 et 84
Crochet n°6
un cercle d’abat-jour de 45 cm de diamètre

Pour les fleurs :
Avec le crochet monter 18 mailles chainette.
R1 = dans la 2e m à partir du crochet et dans les suivantes, crocheter 2 mailles serrées. Crocheter 3 m en l’air et tourner.
R2 = crocheter 2 brides dans chaque maille serrée du R1
Garder 10 à 15 cm de coton pour coudre chaque fleur sur la couronne.

Pour les feuilles :
Avec le crochet monter 12 mailles chainette.
Dans le 2e m à partir du crochet, crocheter 2 mailles serrées, puis sur les mailles suivantes : 1 demi-bride, 2 brides, 1 double-bride; 1 triple-bride, 1 double-bride; 2 brides; 1 demi bride, 3 mailles serrées.
Continuer sur l’autre côté de la chainette de base en faisant le même travail dans l’autre sens :  1 demi-bride, 2 brides, 1 double-bride; 1 triple-bride, 1 double-bride; 2 brides; 1 demi bride et terminer par 1 maille coulée.
Garder 10 à 15 cm de coton pour coudre chaque feuille sur la couronne.

Pour le montage de la couronne :
Avec un des coloris vert, et le crochet, entourer le cercle d’abat-jour de mailles serrées, pour avoir une base pour coudre et fixer les fleurs et les feuilles.
Positionner feuilles et fleurs pour les répartir harmonieusement autour de la couronne. Coudre d’abord les feuilles puis les fleurs en les enroulant sur elles-mêmes.

Voilà, la couronne est prête !